français / english / 上海交大巴黎高科评论

L'agriculture et l'alimentation entrent à leur tour dans l'économie de plateforme, et sautent les étapes. Le développement rapide des interfaces numériques ne se limite pas à une mise en contact entre l'offre et la demande. À côté des places de marché, des plateformes collaboratives ont fait leur apparition, les unes dédiées au financement, d'autres aux échanges de services. Les professionnels réinventent d'anciennes formes de solidarité et s'essaient à de nouvelles activités. Enfin, les particuliers entrent dans le jeu, bouleversant les usages et récrivant les codes.

Le commerce de détail en 2025: cinq révolutions en vue

Business June 24th, 2015, Thomas Morisset / Directeur général, madeforgoods

La révolution des produits connectés conduira à cinq transformations majeures: le shopping connecté dans les magasins physiques, des remises commerciales parfaitement ciblées dans le B2B, l'optimisation de l'engagement du consommateur, des réductions drastiques dans la contrefaçon et l'élimination des déchets alimentaires.

Le commerce de détail omnicanal est en train de transformer ce pays de 50 millions de personnes. Les commerçants du reste du monde feraient bien d'y prêter attention, et de s'en inspirer.

Inde: Snapdeal transforme le commerce en ligne

Business January 26th, 2015, Kunal Bahl / Fondateur et directeur général, Snapdeal.com

La plateforme indienne de commerce en ligne Snapdeal accélère, avec un investissement de 627 millions de dollars par SoftBank, le géant japonais des médias et des télécoms - le plus gros investissement jamais réalisé dans l'e-commerce en Inde. Snapdeal a commencé en 2010 comme un site de discount collectif. En 2012, presque d'un jour à l’autre, il s'est transformé en une place de marché qui compte aujourd'hui plus de 50 000 commerçants, cinq millions de produits et 30 millions d'utilisateurs. La société a également investi de nouveaux domaines comme l'immobilier et l'automobile. Son co-fondateur Kunal Bahl ne considère pas Snapdeal comme un e-commerçant. C'est d'abord et avant tout une société technologique, qui permet aux autres de faire du commerce.

Le groupe Hilton Worldwide, propriétaire de 4200 hôtels dans 90 pays, a longtemps examiné les profils de ses clients au cas par cas afin de déterminer qui présentait un profil Hilton et qui n'y correspondait pas. Après quoi les services marketing travaillaient sur la base de cette distinction, ciblant d'une certaine façon les clients de type Hampton Inn, sa gamme équivalente à nos Étap Hotel, et d'une autre façon ceux qui correspondaient au profil du Waldorf Astoria. Et puis un jour, le groupe a eu une véritable révélation : ce n'était pas la bonne segmentation.

Face à un consommateur qui peut se renseigner, se regrouper et donner publiquement son avis grâce aux médias électroniques et aux réseaux sociaux, les producteurs de biens et services devront quitter leur piédestal et entrer dans une logique de coproduction avec un client devenu pro-sommateur, intervenant à un degré inédit dans l'élaboration des biens et services de demain.

Un circuit court, c'est un mode de commercialisation qui se définit soit par la vente directe du producteur au consommateur, soit par la vente indirecte, à condition qu'il n'y ait qu'un seul intermédiaire. Longtemps cantonné à quelques cercles militants, ce modèle alternatif est désormais sorti de la marginalité. Quelles sont ses perspectives et que peut-on en attendre?

Dans les arcanes des services marketing, au cœur de l'industrie manufacturière, l'innovation apparaît aujourd'hui comme LA solution, ce qu'illustrent des succès parfois insolents dans un contexte pourtant délicat. Mais comment découvrir les opportunités nécessaires? Existe-t-il une recette pour les grandes entreprises? Une recette, non. Des méthodes, oui. Et de mauvaises stratégies, encore plus.

Avec ses nouveaux millionnaires et une classe moyenne en pleine expansion, la Chine fait rêver les grandes marques de luxe. Mais les embûches sont nombreuses et obligent à revoir bon nombre de pratiques, de la création au marketing. Avec, en ligne de mire, une question de fond: le marché chinois va-t-il renouveler la conception occidentale du luxe?

Peut-on lutter contre la contrefaçon de médicaments ?

Society July 4th, 2012, Franck Guarnieri & Eric Przyswa / Directeur du Centre de recherche sur les risques et les crises de Mines ParisTech; consultant, chercheur associé au Centre de recherche sur les risques et les crises

Depuis une dizaine d'années, le problème de la contrefaçon de médicaments a pris une acuité particulière dans le débat public. L'entrée de la Chine à l'OMC et la croissance d’Internet ont influé sur cette évolution, dont les formes et les enjeux restent mal connus. Vu l'ampleur du phénomène, il est aujourd'hui essentiel de considérer de près les transformations en cours et de repenser la lutte anti-contrefaçon.

Internet renforce-t-il le pouvoir des consommateurs? Ou les rend-il au contraire plus vulnérables à la manipulation? Pour Joseph Turow, professeur de communication à l'université de Pennsylvanie, c'est clairement la deuxième option qui l'emporte. Comment s'est développé le profilage social sans précédent auquel se livrent les géants du Net? Peut-on le contrôler?

Dans le secteur de la téléphonie mobile et des services en ligne, les nouveaux entrants cassent souvent les prix pour prendre pied sur un marché. Il ne s'agit pas simplement de pratiques commerciales agressives, mais de modèles d'affaires audacieux, situant la valeur à la fois dans un pari sur la durée et dans l'espoir d'élargir la gamme des services vendus. A la clé, une formule d'espérance mathématique: la valeur actualisée du client.

Entre la demande des consommateurs et la capacité des entreprises à y répondre, la distance s'accroît. Non seulement les marchés se fragmentent, mais les spécialistes du marketing ont de plus en plus de mal à utiliser les énormes masses de données mises à leur disposition. Professeurs à l'université de Pennsylvanie, George Day et David Reibstein décryptent cette transformation profonde d'une activité vitale pour les entreprises.

Connaissez-vous les twollars? Peut-être pas, mais vous avez sans doute entendu parler des crédits Facebook. Les réseaux sociaux développent aujourd'hui des monnaies virtuelles dont l'usage pourrait s'imposer à des centaines de millions d'utilisateurs, avec des conséquences dont on commence à peine à mesurer l'ampleur. Par où passeront les flux financiers issus de ces transactions?

Utopie il y a dix ans, marché émergent il y a trois ans, le ebook est aujourd'hui en passe de transformer profondément le paysage de l'édition. L'arrivée des liseuses a fait exploser la demande et dans les pays développés le numérique pourrait représenter en 2015 20% du marché du livre en valeur. On assiste déjà à une reconfiguration radicale de la chaîne de valeur, travaillée par de fortes tensions avec l'arrivée de nouveaux acteurs.

Autrefois, le bouche-à-oreille - ce que des amis vous disaient d'un livre, d'un film, ou d'un restaurant- portait bien son nom. Aujourd'hui, nous ne sommes plus limités à notre seul cercle d'amis pour obtenir ce genre d'informations: nous pouvons aussi nous tourner vers ces milliers d'étrangers qui postent leurs opinions sur Internet, nous orientant ainsi vers tel ou tel choix. Ce nouveau réservoir public d'avis et d'expériences de première main entraîne un changement majeur dans la relation entre consommateurs et vendeurs, créant de nouvelles opportunités pour certaines entreprises, et de nouveaux risques potentiels.

www.paristechreview.com

This content is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License
You are free to share, copy, distribute and transmit this content

Logo creative commons

5 quai Voltaire 75007 Paris, France - Email : [email protected] / Landline : +33 1 44 50 32 89