français / english

Energie et climat: que savons-nous?

Science and Technology January 20th, 2014, Valérie Masson-Delmotte / Paléoclimatologue, directrice de recherche, CEA

La combustion d'énergies fossiles est aujourd'hui la principale source de gaz à effet de serre. C'est aussi le principal vecteur de l'action de l'homme sur le climat. Mais ce lien entre énergie et climat est beaucoup plus complexe qu’il n'y paraît de prime abord. La connaissance scientifique progresse constamment, et surtout elle commence à se diffuser chez les acteurs: particuliers, collectivités ou entreprises. Où en est la science, et comment se joue l'appropriation de ses résultats? Comment le changement climatique affectera-t-il l'offre et la demande énergétique?

Ecologiquement parlant, le charbon est la pire des énergies. Mais il possède des qualités pratiquement irrésistibles. Il est abondant, disponible et bon marché. Des technologies innovantes laissent espérer des usages moins polluants. Tiendront-elles leurs promesses ?

La revanche de la brique

Industries May 15th, 2013, François Amzulesco / Directeur Innovation et Projets Industriels, Terreal

Il y a quinze ans, au temps de la Nouvelle Economie, les entreprises brick and mortar incarnaient le monde ancien. Mais la transition énergétique a remis les pendules à l'heure : le secteur du bâtiment traverse aujourd'hui une phase d’innovation sans précédent. L'industrie de la brique et de la tuile est au cœur de cette révolution, qui met l'accent sur les performances énergétiques d'un bâtiment mais aussi sur le cycle de vie des matériaux.

Des trains et du climat

Industries May 2nd, 2013, Jean-Louis Jourdan, Alexandre Kaddouri, Joëlle Tournebize / Direction du développement durable, SNCF

Pour le transport ferroviaire, le changement climatique représente un défi très concret. Entre les vagues de chaleur qui déforment les rails et les inondations qui perturbent le trafic, les infrastructures sont mises à l'épreuve. Le confort des voyageurs pose lui aussi plus de problèmes. Comment anticiper, comment s'adapter ? Les grandes entreprises ferroviaires y réfléchissent depuis plusieurs années et des stratégies apparaissent, qui dessinent une action à court, moyen et long terme.

Comment réduire les émissions de CO2? La modification en profondeur de nos modes de vie et de notre système technique représente certes une contrainte, mais c'est également une incitation à l'innovation, aussi bien via l'émergence de technologies en rupture qu'à travers de nouvelles organisations de la production et de la consommation.

Eole en stock

Industries January 23rd, 2012, ParisTech Review / Rédaction

Le boom des énergies renouvelables amène au premier plan des problèmes restés jusqu'ici marginaux. L'électricité d'origine éolienne, en particulier, a suscité récemment de nombreux débats, certains politiques, d'autres techniques. L'un des plus stimulants est lié à l'intermittence de la production, qui oblige à explorer des pistes innovantes, comme le stockage à grande échelle de l'électricité.

Vers une écologie industrielle

Business December 21st, 2011, François Grosse / Chargé de mission auprès du directeur général exécutif, Veolia Environnement

Pour avancer vers une économie durable, prélevant moins de ressources naturelles, on ne doit pas raisonner contre la croissance, mais avec elle. La question de la soutenabilité doit être abordée d'une manière dynamique. En partant d'une nouvelle modélisation des flux et des stocks du cycle de la matière, on peut imaginer l'économie de demain.

Les micro-algues sont au centre d'une petite révolution technologique. Leur culture ouvre sur la production de biocarburants, en réinventant aussi bien les procédés industriels que les modèles économiques. Aux Etats-Unis et en Europe, différents projets passent aujourd'hui des expérimentations à l'exploitation.

Le secteur énergétique mondial va devoir relever trois défis majeurs: sécurité d'approvisionnement face à des besoins croissants, lutte contre le changement climatique, urbanisation massive. L'électricité jouera un rôle clé car elle peut s'appuyer sur des méthodes de production émettant peu de gaz à effet de serre. Les technologies existent. La réussite dépendra de la capacité des politiques publiques à encourager l'innovation.

Après Fukushima, le nucléaire se trouve une fois de plus sur la sellette. Au quotidien, les énergies fossiles s'avèrent pourtant beaucoup plus risquées: le tribut payé par les populations est beaucoup plus lourd, sans parler de leur contribution au réchauffement climatique. Si la décision prise par l'Allemagne de fermer ses centrales nucléaires fait des émules, que devons-nous craindre pour notre sécurité?

Les communications vertes ne sont plus seulement un rêve. GreenTouch, un consortium mondial organisé par les Bell Labs d'Alcatel Lucent, va mettre au point les technologies qui permettront de rendre les réseaux de communications mille fois plus efficaces énergétiquement. La quantité d'énergie utilisée aujourd'hui pour faire fonctionner tous les réseaux, y compris Internet, pendant une seule journée, durera un jour... trois ans.

L'échec du sommet de Copenhague a reporté sine die l'espoir d'un règlement politique international du réchauffement global. On a pointé les réticences des pays émergents et celles des Etats-Unis, sur un terrain où sont en jeu de puissants intérêts industriels. En Europe, le commissaire Semeta a vu repousser une proposition de taxe carbone, au motif que son impact économique serait incertain. Se pose donc une triple question. Où en est le débat théorique? Quelle forme prendront les prochaines avancées? Quels en seront les effets économiques?

Climat, énergie et sécurité: résilience en période d’incertitude

Science and Technology November 29th, 2010, Carol Dumaine / Ancien directeur adjoint de l'Energie et de la Sécurité Environnementale au Ministère de l'Energie des Etats-Unis

Les difficultés d'approvisionnement en énergie et les aléas climatiques soulèvent des questions et présentent des risques en termes de sécurité nationale, risques qui sont aujourd'hui mal formulés et mal compris. Cet article, adapté d'une présentation de Carol Dumaine au 8ème Forum International de la sécurité de Genève, met en lumière ces points délicats et prône la mise en place d'une structure commune sur les enjeux liés à la sécurité, qui permette de mieux faire face aux changements en marche à l'échelle mondiale.

Si la communauté scientifique est toujours divisée sur les causes du réchauffement climatique (même si, selon les sondages, pour 11 climatologues sur 12, les énergies fossiles sont bien les principales responsables), pour les non-initiés, la série de températures records, d'inondations et autres épisodes météorologiques extrêmes de 2010 a tranché le débat: la question n'est plus de savoir si le climat est en train de changer mais quel sera le prochain épisode.

Le changement climatique dû aux activités humaines

Science and Technology October 15th, 2010, Michel Petit / Ancien membre du Bureau du GIEC (Groupe Intergouvernemental d'experts sur l'Evolution du Climat)

Les activités humaines ont depuis le début de l'ère industrielle ajouté aux causes naturelles de nouvelles causes de variation climatique liées au changement de la composition de l'atmosphère qu'elles induisent.

Rarement un débat aura autant préoccupé l'opinion et les médias que celui qui fait rage aujourd'hui à propos de l'évolution du climat et de la responsabilité éventuelle de l'humanité à son égard.

Il n'y a pas qu'en finance que les modèles mathématiques sont à la peine. La prédiction climatique affronte, elle aussi, les critiques de ceux qui imputent à des équations mal posées les dérives de "l'affaire" du réchauffement climatique, plus connue sous le nom de "climategate". A partir d'une question d'apparence simple - la terre se réchauffe-t-elle et si c'est le cas, les activités humaines en sont elles la cause ? - la communauté scientifique se déchire depuis une décennie avec une violence croissante. Car derrière cette question "simple" s'en cache une beaucoup plus profonde, plus politique et philosophique que scientifique : l'homme nuit-il à sa planète ?

La prise des pêcheurs japonais alourdie par des méduses ayant la taille de petits réfrigérateurs. Des tonnes d'algues vertes rejetées sur la côte bretonne, émettant suffisamment de sulfure d'hydrogène pour tuer un cheval et faire perdre connaissance à son cavalier. Plusieurs scientifiques pensent que ces phénomènes sont en fait des signes précurseurs de la manière dont le réchauffement climatique modifie l'écologie des océans.

www.paristechreview.com

This content is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License
You are free to share, copy, distribute and transmit this content

Logo creative commons

5 quai Voltaire 75007 Paris, France - Email : contact@paristechreview.com / Landline : +33 1 44 50 32 89