ParisTech Review / Editors

Last updated on profile page : November 7th, 2013

BIO

ParisTech Review is the online magazine of ParisTech that assesses how technological innovations, as well as major changes in demographics, the climate and natural ressources, will bring sweeping changes to business, the economy, society and individuals.

The articles signed "ParisTech Review / Editors" are written and edited by the editors of the Review.

Contact the author

By ParisTech Review on ParisTech Review

Les géants de l'agroalimentaire élaborent des stratégies très actives pour délaisser le maelstrom compétitif de l'offre généraliste et chercher à se différencier, en développant des modèles d'affaires innovants. Trois stratégies récentes en témoignent… qui attestent aussi la difficulté de l'exercice. Elles ont été mises en œuvre par Danone et Nestlé, observés de près par leur grands rivaux Mondelez, Unilever et autres Pepsico.
Food industry giants develop very active strategies to maintain or develop their market share. In this context, there is a great temptation to abandon the competitive maelstrom of generalist offering and seek differentiation through innovative business models. Three recent strategies bear witness to this. Can a multinational escape from its own identity?
Increasingly cited in various rankings of innovative and fast-growing companies, Anaplan offers strategic planning solution that clashes with everything that existed until now. Accessible online, on demand, easy to use by non-specialists, its platform can simulate all kinds of decisions and accurately assess the management of various stages in numerous areas: commercial, financial, HR, logistics, etc.
Nommée de plus en plus souvent dans les classements d'entreprises innovantes et en hyper croissance, Anaplan propose une solution de planification stratégique qui tranche avec tout ce qui existait jusque-là. Accessible en ligne, à la demande, simple à utiliser par des non spécialistes, sa plateforme permet de simuler toutes sortes de décisions et d'évaluer précisément les étapes de mise en œuvre dans les domaines commerciaux, financiers, RH, logistique, etc.
On connaissait le billet vert, voici les obligations vertes. Cette valeur mobilière émergente, dont les émissions ne représentent encore à peine que 1% du marché obligataire mondial, a le vent en poupe. Utilisée principalement par des institutions, de grandes entreprises et des collectivités locales, elle vient de faire son entrée sur le segment de référence : les obligations souveraines.
We already knew the greenback, here come the green bonds. This emerging security, whose yearly issuance still represents only 1% of the global bonds market, has the wind in its sails. Used primarily by institutions, large companies and local authorities, it has just entered the reference segment: sovereign bonds.
Les promoteurs de la biologie de synthèse ont introduit dans la biologie moléculaire un certain nombre de principes venant tout droit de l'ingénierie. Leur but: modifier le vivant pour lui faire produire de nouvelles molécules. De nombreuses applications sont attendues dans les domaines de la santé, de l'énergie, des matériaux, de l'environnement et de l'agriculture. Comment se fera le passage à la phase industrielle? C'est la principale question aujourd'hui.
Proponents of synthetic biology introduced in molecular biology a number of principles directly inspired from engineering. Their goal: alter living organisms to make them produce new molecules. Numerous applications are expected in the areas of health, energy, materials, environment and agriculture. How will the transition to the industrial phase take place? This, today, is the main issue.
The public sector has long operated in isolation, developing methods and solutions of its own. In recent decades, however, interactions with the private sector have increased, whether through the growing role of consulting firms or in the form of public-private partnerships. Today, this collaboration is taking on a whole new dimension by integrating other stakeholders, including the users of public services. The emergence of open innovation models is redefining the methods and spirit of public action. Government is reinventing itself as an innovation platform.
Le secteur public a longtemps fonctionné en vase clos, développant ses propres méthodes et ses propres solutions. Dans les décennies récentes, toutefois, les interactions se sont multipliées avec le privé, du rôle grandissant des cabinets de conseil aux partenariats public-privé. Aujourd'hui, cette collaboration prend une nouvelle dimension, en intégrant d'autres parties prenantes et notamment les usagers. L'émergence de modèles d'innovation ouverte redéfinit les méthodes et l'esprit de l'action publique. L'État se réinvente ainsi comme une plateforme d'innovation.
Depuis un siècle, une voiture c'était quatre roues, un volant et un conducteur. Et si cela changeait ? L'explosion d'innovations, tant sociales que technologiques, fait du secteur un laboratoire du futur. Deux tendances: la course technologique et le pas de côté dans les usages. Un concept unificateur: la mobilité durable.
For over a century, cars were made of four wheels, a steering wheel and a driver. And what if everything changed? The explosion of social and technological innovation has transformed the automotive sector into a laboratory of the future. Two trends emerge: the technology race and the “step on the side” approach. With one unifying concept: sustainable mobility.
Agriculture and the food industry are quickly entering the era of platform economics. The rapid development of digital interfaces is not exclusively a matter of matching supply and demand. Collaborative platforms have emerged alongside marketplaces, some dedicated to finance, others to exchanging services. Professionals are reinventing and rediscovering older forms of solidarity. Finally, private individuals are also getting in to the game, radically overhauling everyday practices and rewriting codes.
L'agriculture et l'alimentation entrent à leur tour dans l'économie de plateforme, et sautent les étapes. Le développement rapide des interfaces numériques ne se limite pas à une mise en contact entre l'offre et la demande. À côté des places de marché, des plateformes collaboratives ont fait leur apparition, les unes dédiées au financement, d'autres aux échanges de services. Les professionnels réinventent d'anciennes formes de solidarité et s'essaient à de nouvelles activités. Enfin, les particuliers entrent dans le jeu, bouleversant les usages et récrivant les codes.
The Internet has revolutionized our access to knowledge. Education is on the verge of major changes. Nine recent pieces published in ParisTech Review try to make sense of this tsunami.
Internet a révolutionné l'accès au savoir. Comment le monde de l'éducation n'en serait-il pas bouleversé? Les institutions évoluent certes lentement et l'arrivée de nouvelles technologies, comme les MOOCs, n'a eu jusqu’ici qu'un impact limité. Tout indique pourtant que nous sommes à l'aube de grands changements. Cette série de neuf articles et entretiens essaie d'en prendre la mesure.
Les limites avérées des efforts individuels, la difficulté de faire vivre des dynamiques collectives, font de la transition énergétique une gageure, dès lors qu'on l'approche par la consommation. Heureusement, des technologies changent la donne et permettent dès aujourd'hui de donner de l'intelligence à notre consommation. Mais quelle intelligence: celle des machines, celle des fournisseurs d'électricité, la nôtre? Et une intelligence au service de quel objectif?
The proven limits of individual efforts and the difficulty of managing collective dynamics make energy transition an extremely challenging task when approached through consumption. Fortunately, technologies can change the game: smart consumption is on the rise. But whose smartness is it: machines', electricity suppliers', or ours?
Comme on l'a vu dans un article précédent, la figure du consom'acteur a ses limites : ce n'est pas en mobilisant la bonne volonté des individus (ou à l'inverse en les culpabilisant) que l'on modifie les grands équilibres énergétiques. Faut-il alors s'en remettre aux décisions technocratiques, ou aux solutions proposées par des entrepreneurs audacieux à la Elon Musk? S'il s'agit de favoriser un nouveau mode de vie, plus sobre, on peut aussi faire confiance à l'imagination sociale, aux dynamiques du partage et de la mutualisation.
As noted in a previous article, the very notion of a responsible consumer faces certain limits. The truth is, significant changes in the energy mix cannot be achieved through the goodwill (or conversely, the guilty conscience) of individuals. Does that leave us with no other choice than following decisions from above or waiting for technological solutions from daring entrepreneurs like Elon Musk? If we wish a new, more sober way of life to emerge, we should also trust social imagination, based on the dynamics of sharing and pooling.

www.paristechreview.com

This content is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License
You are free to share, copy, distribute and transmit this content

Logo creative commons

5 quai Voltaire 75007 Paris, France - Email : contact@paristechreview.com / Landline : +33 1 44 50 32 89