Ce sera peut-être une des aventures industrielles du XXIème siècle. C'est déjà une conséquence manifeste de la grande peur provoquée par le réchauffement climatique. C'est peut-être aussi le meilleur moyen, pour les économies, d'atténuer leur empreinte carbone, de réduire leur dépendance à l'égard du pétrole et de rogner dans leur facture énergétique.

Partout à travers le monde – ou presque – l’électricité d’origine nucléaire amorce son grand retour. Après avoir incarné le mal absolu et un niveau inacceptable de danger, le nucléaire apparaît désormais dans un nombre croissant de pays comme l’énergie propre et abordable de l’avenir. Les opinions publiques ont digéré l’accident de Three Mile Island (1979) et la catastrophe de Tchernobyl (1986). Les adversaires traditionnels de l’atome ont de plus en plus de difficultés à faire entendre leurs arguments, surtout depuis que quatre des plus virulents militants antinucléaires des années 70, parmi lesquels Stephen Tindale, l’ex-directeur exécutif de Greenpeace au Royaume-Uni, ont fait publiquement volte-face en 2009 dans une tribune explosive publiée par The Independent.

En 2010, 438 réacteurs de puissance sont en opération dans 31 pays et 44 unités sont en construction. Le Brésil, qui poursuivait deux programmes nucléaires en 2008, prévoit d’en accueillir plus de 40 en 2060 et peut être 330 en 2100. La Chine prend résolument la même direction : de 8 réacteurs en 2008, elle prévoit d’en abriter plus de 500 en 2100. La France, qui reste le second parc en nombre de réacteurs actifs, derrière les Etats-Unis, possède déjà un parc installé de 19 centrales abritant 59 réacteurs électronucléaires et pourrait construire une dizaine de réacteurs de plus d’ici à 2030, si les responsables politiques le jugent économiquement nécessaire et financièrement possible. André Pineau, fondateur de la chaire “Matériaux du Nucléaire” de Mines ParisTech, rappelle les enjeux : «Tout dépend de l’avenir que l’on souhaite pour le pays. Si on veut inverser la désindustrialisation et retrouver les niveaux de l’Allemagne (l’industrie y fournit 32 % du PIB contre 16 % en France), alors oui, il faut de nouvelles centrales. Si nous allons vers un parc important de voitures électriques, il en faut aussi. Sinon, pourquoi ? L’énergie électrique est un moyen au service d’une politique».

Deux pays industrialisés illustrent tout particulièrement le grand retournement attendu pour les prochaines années. D’abord, l’Italie. En 2010, ce pays est le seul du G8 à ne posséder aucune centrale nucléaire en activité, ses quatre unités ayant été stoppées dans le sillage d’un referendum organisé après Tchernobyl. Le gouvernement de Silvio Berlusconi prévoit d’en construire huit avant 2030, qui produiraient à terme 25 % de l’électricité consommée dans le pays. Aujourd’hui, 54 % de l’électricité italienne provient du gaz, importé pour l’essentiel de Libye et de Russie. Un ministre italien estimait en août 2010 que la sortie du nucléaire avait coûté à l’Italie « plus de 50 milliards d’euros ».

Pour sa part, le Royaume Uni évolue rapidement. En août 2010, le gouvernement de David Cameron a révélé que le pays ouvrirait en 2018 sa première centrale nucléaire depuis des décennies. L’initiative est d’autant plus remarquable qu’elle a été annoncée par Chris Huhne, le secrétaire d’Etat (libéral démocrate) britannique à l’Energie et au Changement Climatique, un défenseur acharné de l’environnement.

Dans l’Union européenne, la relance du nucléaire n’allait pas de soi. Si L’Europe à Six avait rédigé le traité Euratom (1957) dans l’espoir – sévèrement déçu – de refaire pour le nucléaire ce qu’elle avait réussi pour le charbon et l’acier, les élargissements successifs ont fait trébucher la doctrine des pères fondateurs. Avec l’entrée de l’Irlande (1973) et de l’Autriche (1994), ce sont deux pays foncièrement antinucléaires qui faisaient leur entrée dans le club européen. Depuis, la diplomatie de Vienne repose presque entièrement sur son opposition à l’électricité nucléaire.

Il a fallu attendre l’élargissement de 2004 et l’entrée dans l’Union des pays de l’est pour voir le balancier repartir dans l’autre sens. La Pologne, la Slovaquie, la République Tchèque (qui lance cette année un appel d’offres pour deux réacteurs supplémentaires à Temelin) n’ont aucune prévention contre le nucléaire, bien au contraire. Entre temps, à Bruxelles, la pensée dominante, obsédée de consensus, était restée plutôt hostile au nucléaire, jusqu’à ce que la commissaire à l’Energie et aux Transports, Loyola de Palacio, publie en 2002 un livre Vert qui recommandait de considérer l’option nucléaire au nom de l’indépendance énergétique, de la compétitivité et de l’environnement.

Si la planète veut vraiment réduire ses émissions de CO2 de moitié d’ici 2050, explique un rapport de l’agence Internationale de l’Energie (AIE), associée pour l’occasion au G8, à l’agence pour l’énergie nucléaire (AEN) de l’OCDE et à l’Association nucléaire mondiale (WNA), le parc nucléaire mondial devra produire 1200 GW en 2050. En clair, il faudrait que le rythme de construction de nouvelles centrales double d’ici 2020 pour atteindre 20 nouveaux chantiers par an. Si cet effort est réalisé, 24 % de l’électricité mondiale serait nucléaire en 2050. La fourchette haute de l’estimation met ce ratio à 38 %, avec 1900 GW installés en 2050. Les « ultras » du nucléaire trouvent ces chiffres encore bien trop timorés. Ils comptent sur l’Inde et la Chine pour les dépasser rapidement, et tablent sur une production électronucléaire globale de 3000 GW en 2050.

Pour accompagner cette gigantesque vague de construction, les gouvernements, les industriels et les institutions financières vont devoir faire preuve d’imagination. Dans une étude publiée en août 2010, Robert Grimes (Centre for nuclear engineering, Imperial College, Londres) et William Nuttall (Judge Business School, Cambridge) évoquent de nombreuses pistes. Ils suggèrent par exemple la construction de réacteurs portatifs qui, en fin de vie, pourraient être restitués en toute sécurité au fabricant qui les recyclerait, ce qui éviterait au pays acheteur le problème de la gestion des déchets. On pourrait même concevoir des centrales « scellées » qui fonctionneraient sans réapprovisionnement pendant environ 40 ans avant d’être retournées au fabricant. Avantages : moins de risque d’irradiation pour les personnels et moins de risque de prolifération, puisqu’il n’y aurait pas de transfert de technologie.

La fabrication généralisée de pièces détachées permettrait de porter la durée de vie des centrales de 40-50 ans à 70 ans. Car les pays déjà nucléaires vont devoir prolonger leurs centrales. En septembre 2010, l’Allemagne a annoncé le prolongement des siennes : de douze à quatorze ans, selon les modèles. La France est dans le même état d’esprit.

Pour les pays décidant de se lancer dans l’électricité nucléaire, les deux chercheurs proposent des centrales nucléaires embarquées sur des navires mouillés au large des côtes qui alimenteraient en électricité les villes avoisinantes. Pour un coût bien moindre que la construction d’une centrale classique.

Il faudra par ailleurs, poursuivent les auteurs, inventer des réacteurs plus efficaces. En 2010, la plupart des pays abritent des réacteurs à eau légère qui n’utilisent qu’une petite partie de l’uranium pour la production de l’électricité. Des Réacteurs à Neutrons Rapides, dits de 4ème génération, expliquent Grimes et Nuttall, pourraient exploiter l’uranium de manière quinze fois plus efficace, ce qui aurait pour corollaire supplémentaire de repousser l’extinction de cette matière première.

Car pour entrer dans les faits, la renaissance nucléaire aura besoin de beaucoup d‘uranium. Le débat fait rage, entre les spécialistes, sur le risque de pénurie. D’un côté, un expert comme Jan Slezak, de l’Agence Internationale pour l’Energie Atomique (AIEA), affirme que les réserves sont capables de répondre à la demande pour au moins un siècle, surtout si on introduit dans l’équation une accélération du rythme d’extraction dans les mines du Kazakhstan, le recyclage de l’uranium et le recours aux réacteurs à thorium, un minerai qui existe en abondance (non fissile en tant que tel, le thorium-232 placé dans un réacteur peut capturer des neutrons et donner du thorium-233 fissile ). De l’autre, quelques chercheurs jugent que la cote d’alerte est déjà atteinte. Michael Dittmar de l’Institut Fédéral Suisse de Technologie de Zurich, explique que des 65 000 tonnes consommées chaque année par l’industrie, 40 000 tonnes proviennent des mines, le reste provenant de « sources secondaires » qui risquent de se tarir. Selon Dittmar, qui travaille au Cern de Genève, les stocks occidentaux d’uranium seront à sec dès 2013, ce qui condamne de facto, selon lui, tout espoir de renaissance nucléaire. C‘est une thèse qu’il est presque seul à défendre.

En revanche, il est important d’affecter aux espoirs de « renaissance » des probabilités raisonnables. Si le nucléaire connait une vogue indéniable, d’autres formes d’énergie aussi. Le gaz, et en particulier le gaz non conventionnel, sont à la mode. Le charbon est à nouveau en odeur de sainteté, une bonne nouvelle pour des pays comme l’Inde et la Chine, dont le sous-sol regorge de charbon, et même pour les Etats-Unis, où Barack Obama se révèle un avocat fervent du charbon dit « propre » (grâce à la captation de CO2 et à la méthanisation).

Nul doute, enfin, que la réputation retrouvée du nucléaire doit beaucoup à sa réputation de compétitivité : en dépit d’investissements initiaux massifs, ces derniers sont amortis assez vite (environ quinze ans). Mais la question demeure : combien coûte vraiment le nucléaire, comparé aux autres formes d’énergie ? Le monde peut il s’offrir cette « renaissance » ? La plupart des experts s’accordent sur le fait que le nucléaire est compétitif par rapport aux autres énergies à faible empreinte carbone. Un exemple parmi d’autres : le « Mesa Wind project », un des volets du plan énergétique conçu en 2008 par l’Américain T. Boone Pickens, aurait coûté 16 milliards de dollars, pour la même production électrique qu’un réacteur nucléaire estimé entre 6 et 10 milliards de dollars.

Le département américain de L’Energie calculait récemment, en se fondant sur la valeur actuelle des investissements à consentir pour construire et opérer les centrales, que le nucléaire est meilleur marché que l’éolien « on shore » (de 20%), que l’éolien « off shore » (de 38%), que le solaire photovoltaïque (de 70 %) et même que l’hydroélectricité (de 1 % seulement). En France, le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer, affirme que le nucléaire est la filière la plus compétitive pour la production électrique en base et que ceci resterait vrai même si les investissements connaissaient des surcoûts de 10 à 40%.

Toutefois, il n’ y a pas de miracle : la compétitivité de l’énergie nucléaire n’est pas un absolu. Elle dépend de plusieurs paramètres que rappelle Jan Horst Keppler, économiste dans la division de l’AEN consacrée au développement de l’énergie nucléaire. Selon lui, « la compétitivité réelle de l’énergie nucléaire ne peut pas être déterminée une fois pour toutes ». Elle fait partie d’un écosystème : dans tout environnement où les taux d’intérêt sont faibles, les prix du carbone élevés et les prix de l’électricité stables, la compétitivité de l’énergie nucléaire est manifeste. En revanche, dans un environnement où les coûts de financement seraient élevés, les prix du carbone faibles ou nuls et les prix de l’électricité volatils (on peut stopper une centrale à gaz provisoirement non rentable, pas une centrale nucléaire !), le dossier économique de l’énergie nucléaire serait beaucoup plus difficile à défendre. Les deux observations s’appliquent d’ailleurs aussi bien aux énergies renouvelables. Comme l’énergie nucléaire, ces dernières sont des technologies dont les coûts fixes sont élevés et qui rejettent peu de carbone.

Keppler a calculé l’impact d’une variation des taux d’intérêt sur le poids que les investissements initiaux représentent dans le coût total d’une centrale pendant sa durée de vie. Quand les taux passent de 5 % à 10 %, ce poids passe de 11% à 17 % pour une centrale à gaz, de 26 % à 40 % pour une centrale à charbon, de 59% à 76 % pour une centrale nucléaire et de 78 % à 85 % pour un parc éolien. Les conditions de financement sont donc bien plus déterminantes pour le nucléaire.

Enfin, il convient de mentionner deux facteurs de coût, inconnus à ce jour mais qui pourraient, le jour venu, peser lourd : le coût du démantèlement des centrales et celui de la gestion et du retraitement des déchets. Dans certains scénarios, qui reposent sur un durcissement accéléré des réglementations environnementales en Europe, les surcoûts induits se chiffreraient en dizaines de milliards de dollars et compromettraient définitivement la profitabilité globale de la filière.

Ne nous faisons pas d’illusions. Cette fois, la compétitivité économique de l’énergie nucléaire sera déterminante, bien plus que lors de la première vague de construction, il y a un demi-siècle. D’abord parce que la vaste libéralisation des marchés de l’énergie, surtout dans les pays de l’Ocde, tend à renforcer le rôle des critères de nature commerciale dans les choix des technologies. Ensuite parce que la renaissance devra séduire non seulement les Etats mais aussi les investisseurs privés.

References

Online

More on paristech review

By the author

  • Trois stratégies de l’agroalimentaire… et leurs limiteson November 7th, 2016
  • Anaplan ou le nouvel âge de l’analyse prédictiveon October 17th, 2016
  • Obligations vertes: pourquoi les États entrent dans la danseon October 14th, 2016
  • Pingback: Tweets that mention Electricité: le vrai coût de la renaissance nucléaire | ParisTechReview -- Topsy.com

  • Blandine

    Merci pour cet article intéressant.

    Suggestions pour améliorer la qualité des chiffres cités:

    - paragraphe 2 – qualifier les 438 réacteurs de “réacteurs de puissance”/”réacteurs générateurs d'électricité” (s'y ajoutent en effet plus de 250 réacteurs de recherche soit quelques 700 réacteurs nucléaires)

    - paragraphe 3 – la France dispose de 19 centrales (et non 63) abritant 59 réacteurs électronucléaires (c.f. http://nucleaire.cea.fr/fr/repere/nucleaire_france.htm). J'imagine que cette confusion entre le nombres de centrales et celui de réacteurs (ou d'unités) est valable pour les chiffres cités pour la Chine.

    - paragraphe 7 – il ne peut s'agir de GWh (unité d'énergie; 1 réacteur d'1 GW produit environ 8 000 GWh/an). Il s'agit probablement de GW (unité de puissance).

    - paragraphe 12 – ce n'est pas le Th-233 qui est intéressant, mais l'U-233. U-233, fissile, est obtenu par décroissance radioactive rapide du Pa-233, lui-même produit de la décroissance radioactive de Th-233, produit de la capture d'un neutron par Th-232.

    - paragraphe 15 – une source pour les données du DOE?

    Sur le fond:

    - paragraphe 8: si le pays acheteur est débarrassé de la question de la gestion de ses déchets, n'oublions pas que l'épine reste dans le pied du pays vendeur potentiellement recycleur (qui sera d'ailleurs certainement face à la nécessité d'amender se législation pour permettre un tel commerce – rappelons que si les Russes offrent de récupérer les déchets des centrales étrangères à qui ils vendent du combustible, la loi française interdit le stockage à long terme de déchets radioactifs sur le territoire français) d'éventuellement.

    - aux pistes évoquées par Grimes et Nutall, on peut ajouter la mise sur le marché de petits réacteurs, mieux adaptés aux capacités de réseau et de financement de certains pays; la proposition du nucléaire pour de nouveaux usages (notamment la chaleur à haute température pour des processus industriels, comme la cogénération d'électricité et de chaleur pour la désalination de l'eau de mer)

  • http://www.paristechreview.com/ ParisTech Review

    Merci pour ce commentaire et votre vigilance.

    Nous avons fait usage des précisions que vous apportez et les avons intégrées pour une bonne part dans l'article.

    Au plaisir de vous lire à nouveau.

  • orl

    le nucléaire …et les renouvelables !

  • orl

    le nucléaire …et les renouvelables !

  • Observatoire du nucléaire

    Cet article frôle le ridicule. Annoncer 40 réacteurs (et même 330 !) au Brésil est une vaste blague : que les brésiliens finissent déjà le réacteur Angra 3, en construction depuis 25 ans (!), et on en reparlera. La Chine est en réalité LE SEUL pays à développer un vrai programme nucléaire, mais vise 30 à 40 réacteurs et non le chiffre absurde de 500. Partout ailleurs, contrairement à ce que prétend ce curieux article, les projets nucléaires sont gelés ou annulés. Attention, bien faire la distinction entre “effet d'annonce” et “programme réel”. Ainsi, le nucléaire en Italie n'existe que dans les discours de Berlusconi et n'a quasiment aucune chance de (re)voir le jour. Idem en Grand-Bretagne où la plupart des projets sont plombés (en particulier les projets d'EDF avec ce pauvre réacteur EPR qui a été recalé par l'autorité de sûreté britannique). La seule certitude est que, d'ici 2020 (c'est à dire demain matin !), 15 des 18 réacteurs britanniques actuels auront été définitivement fermés.
    La part du nucléaire dans l'électricité mondiale est passée de 17% en 2005 à 13% en 2010. Et cette chute ne va faire que s'amplifier. Ne pas oublier que les 103 réacteurs US sont tous anciens et ferment peu à peu, alors que la quasi-totalité des projets sont annulés (comme dernièrement avec l'annulation du projet EPR de Calvert Cliffs, Maryland).
    En réalité, et l'article le reconnait à demi-mot, le nucléaire est bien trop cher. L'avènement des gaz non-conventionnels démultiplie la construction de centrales électriques au gaz. L'industrie nucléaire est condamnée, tant mieux. Il restera néanmoins des déchets radioactifs pour des millions d'années et des centaines de réacteurs à démanteler… au frais de nos enfants.

    Notons aussi que les projets de fusion (Iter) et de surgénérateurs sont en échec généralisés. Quant aux centrales “flottantes” et/ou “de poche”, eslles seront effectivement vendues pour 40 ans mais, à la fin, les sociétés vendeuses auront disparu (avec les bénéfices) et c'est encore l'argent public qui couvrira les factures gigantesques…

  • jack

    Il est en effet assez typique du raisonnement dit “économique” de ne prendre en compte que les bénéfices à court terme sans jamais décrire un cycle de vie complet. Les problèmes environnementaux actuels découlent directement de cette “dissimulation/dissémination des coûts, avec des cycles de l'ordre du siècle ou du demi siècle. Je suis absolument consterné de constater que, bien que cet aspect soit évoqué au passage, les comparaisons entre filières, effectuées dans cet article, sont totalement faussées par ce biais. Le stockage, le retraitement des déchets ne sont que rarement envisagés et quand ils le sont c'est pour leur valeur actuelle qui n'est que le résultat des cinquante dernières années; Entre temps les quantités de déchet prévisibles augmentent de manière exponentielle tandis que les possibilités d'élimination (particulièrement pour le nucléaire) diminuent de la même façon.
    Le raisonnement “économique” qui est ici à l'œuvre, consiste à hypothéquer l'avenir à des taux astronomiques pour en tirer des profits immédiats immédiatement dilapidés. En comptabilité ça s'appelle de la “cavalerie”.

  • Turgot

    Nous sommes en 2011 .  – L’Allemagne a renoué avec la sortie du nucléaire initiée en 2002 et prévue dès l’origine pour se terminer en 2022 . – L’Italie a pour la seconde fois dit “non” au nucléaire par référendum. – La Suisse s’oriente vers la sortie du nucléaire. – La Belgique reprend son programme de sortie du nucléaire, en grande partie vers 2025. – … Le nucléaire coûte de plus en plus cher [ http://energeia.voila.net/nucle/reacteurs_trop_chers.htm ], surtout notre nucléaire national.  …

  • Chambo

    Pour être plus précis sur les réacteurs nucléaires en service en France >>

    http://energeia.voila.net/nucle/france_58_reacteurs.htm

    Et surtout leur âge, bien avancé pour beaucoup d’entre eux.

www.paristechreview.com

This content is licensed under a Creative Commons Attribution 3.0 License
You are free to share, copy, distribute and transmit this content

Logo creative commons

5 quai Voltaire 75007 Paris, France - Email : contact@paristechreview.com / Landline : +33 1 44 50 32 89